dimanche 12 octobre 2014

La traction animal une alternative à la surexploitation .

Voici un article qui nous montre que pour revenir à une agriculture humaine il faut le vouloir .
Certain l ont fait  je vous rassure .

 
L homme et la création sont indissociable .
Pour revenir à une agriculture plus humaine .
 
A bientôt.
 

2 commentaires:

  1. Bonsoir Dominique,

    Dans le vignoble alsacien on a souvent recours au cheval pour passer entre les vignes, pour transporter le raisin et cela depuis bien longtemps car cela est plus aisé qu'un engin.

    Les Autorités Fédérales des USA ne partagent pas le même avis et suivent les Amish du Lancaster de très près car il y aurait trop d'animaux au mètre carré et pas assez de terres pour les 5000 fermes du Comté qui réprésentent à elles seules la moitié des terres Le bétail produirait des montagnes de fumier qui polluent les cours d'eau, tuant les poissons et créant des zones mortes. l'EPA (Agence de protection de l'environnement) chargée par Mr Obama a décidé de mettre fin à ces nuisances.

    Les Amish ont le choix, soit de modifier leurs méthodes agricoles, soit il paient de lourdes amendes. Cela implique des installations parfois coûteuses comme des fumières, il faut également faire des clôtures pour que le bétail ne s'approche pas trop près des cours d'eau. Pour la première fois certains sont contraints d'accepter des subventions de l'Etat Fedéral pour pouvoir continuer leur agriculture.

    Le Lancaster enregistre 30 000 tonnes d'excréments d'animaux, six fois plus que dans les autres comtés. Tout n'est pas idyllique au Pays des Amish et du cheval.

    Affaire à suivre.................
    Sylvie





    RépondreSupprimer
  2. J ai lue également cette article effectivement nous rentrons dans du conflictuel celui de savoir comment faire pour que tout le monde trouve son petit coin de paradis .

    Mais cette idée de fermière sera à retenir je t en remercie .
    Le tout saura de savoir qui le fera l états ou les Amish ?

    Ce problème est survenu dans ma petite région bretonne il avait décidé de construire une usine de méthanisation pour palier à ce problème évidement aux départ tout été merveilleux juste aux départ heureusement cela ne c est pas fait car aujourd hui le principal actionnaire n existe plus ses conseillé non plus .

    Comme quoi tout n est pas rose aux pays du mensonge .

    RépondreSupprimer